Annick Dénéchaud, chevalier dans l’Ordre national du mérite

Ouest-France Annick Dénéchaud chevalier dans l'Ordre National du mérite Article Ouest-France Pornichet publié le 6 avril 2016

annick-denechaud decoree chevalier-dans-lordre-national-du-merite
Annick Dénéchaud a reçu, ce samedi 2 avril, l’insigne de l’Ordre national du mérite, des mains de Chantal Didier, présidente de la section de Loire-Atlantique de l’Ordre national du mérite. |

Secrétaire, puis assistante maternelle jusqu’en 2013, Annick Dénéchaud est élue conseillère municipale en 1989. Elle est aussi auteure d’une bande dessinée, Nous aussi, osons dire Non.

Ce samedi 2 avril la salle du conseil accueille 90 invités, pour la cérémonie de remise de l’insigne de Chevalier dans l’Ordre National du mérite, à Annick Dénéchaud.

Chantal Didier, présidente de la section de Loire-Atlantique de l’Ordre national du mérite, en tant que marraine, a rappelé le parcours honorable de la récipiendaire avant de lui remettre cette distinction, créée par le Général de Gaulle, alors président de la République, le 3 décembre 1963 et récompense tous les hommes et les femmes dont l’existence personnelle, familiale, professionnelle ou sociale fut guidée par le souci constant d’être au service des membres de la communauté humaine.

« Au regard de la lecture du CV d’Annick Dénéchaud, je crois pouvoir dire que vous répondez pleinement à ces objectifs, notamment celui qui est de servir, en, apportant vos compétences aux services de nos concitoyens, et de participer au devoir de mémoire ».

Une bande dessinée contre les addictions

Née à Andard (Maine-et-Loire) en 1948, Annick Dénéchaud a fait une carrière professionnelle en tant que secrétaire, puis assistante maternelle jusqu’en 2013. Parallèlement, Annick Dénéchaud est élue conseillère municipale en 1989 : « Compte tenu de vos compétences et de votre dévouement, vos mandats d’élue ont été renouvelés 4 fois. Dans le cadre du conseil municipal des jeunes, entre 1989 et 1995, vous êtes l’auteure d’une bande dessinée Nous aussi, osons dire Non, pour lutter contre les drogues et les addictions. Ce travail, tiré à 11 000 exemplaires a été diffusé sur le plan national avec le concours de la caisse primaire d’assurance-maladie de Saint-Nazaire, parrainé par Simone Veil alors ministre de la santé et par la fondation toxicomanie et prévention jeunesse ».

De 1997 à 2008, Annick Dénéchaud s’investit dans les jumelages Pornichet Bexbach et Pornichet San Vicente. Depuis 2008, dans le cadre de ses fonctions « correspondante défense », la récipiendaire est en charge des cérémonies commémoratives et propose expositions et conférences en lien avec les guerres. Chantal Didier, ajoute que Mme Dénéchaud est également vice-présidente internationale de la commission réfugiés-migrants et démographie de l’Union Européenne Féminine (UEF) et présidente régionale Pays-de-Loire, ainsi que vice-présidente et trésorière du Centre d’information des droits de la femme et famille de Nantes. Annick Dénéchaud a ensuite exprimé sa joie et sa volonté de poursuivre ses interventions de respect, tolérance et bienveillance.