Ni socialisme d’Etat, ni ultra-libéralisme : si on essayait le gaullisme ?

Par Frédéric Saint Clair Mis à jour le 16/07/2014 à 11:13 Publié le 15/07/2014 à 19:29

Le Général de Gaulle, Président de la République lors d’une conference de presse, le 27 novembre 1967 — The French President Charles de Gaulle, during a press conference on october 28, 1967


Source FIGAROVOX/TRIBUNE www.LeFigaro.fr Frédéric Saint-Clair répond à notre chroniqueur Gaspard Koenig qui conseillait à Arnaud Montebourg de relire Hayek. Il existe pourtant une troisième voie «néo-keynesienne» entre le dirigisme et le capitalisme débridé.

Frédéric Saint Clair est mathématicien et économiste de formation. Il a été chargé de Mission auprès du Premier ministre pour la communication politique (2005-2007). Il est aujourd’hui Consultant Free Lance.

Cet article est une réponse à un article de Gaspard Koenig intitulé Arnaud Montebourg: le «retour de l’Etat» ou la route de la servitude

Le discours d’Arnaud Montebourg a pu, à juste titre, soulever bien des objections, prêter le flanc à bien des critiques. Cependant, analyser le positionnement d’Arnaud Montebourg en invoquant La Route de la Servitude de Friedrich Hayek soulève autant d’objections et prête le flanc à autant de critiques. La première d’entre elles, sous forme de question, s’impose de façon immédiate: pourquoi choisir Hayek comme juge? Hayek n’est pas seulement «le grand maître de l’économie autrichienne et le gourou du libéralisme» comme présenté par Gaspard Koenig, il est également un pilier du libertarianisme, c’est-à-dire d’un «anarchisme libéral», dont il a développé la dimension économique.

L’ultra-libéralisme prôné par Hayek a conduit, entre autres, à la crise asiatique de la fin des années 90, à la crise argentine quelques années plus tard, à celle que nous avons connue suite à l’explosion de la bulle spéculative des « technologiques » en 2000, et, last but not least, à la crise des subprimes de 2008

L’ultra-libéralisme prôné par Hayek a conduit, entre autres, à la crise asiatique de la fin des années 90, à la crise argentine quelques années plus tard, à celle que nous avons connue suite à l’explosion de la bulle spéculative des «technologiques» en 2000, et, last but not least, à la crise des subprimes de 2008 qui a, entre autres, mis parterre la politique engagée par le gouvernement de droite de l’époque, l’obligeant à répondre en priorité aux conséquences de l’impact de la crise financière sur la sphère économique réelle. La structure juridique héritée de l’ultra-libéralisme qui a autorisé les banquiers américains à proposer des prêts à taux variables à des populations pauvres et non initiées, en leur promettant la prospérité sans mentionner les risques encourus, est une conséquence de la pensée hayekienne. La capacité des Hedge Funds à découper les actifs toxiques pour les mixer à d’autres types d’actifs et à les diffuser sur l’ensemble de la planète, créant ainsi une crise mondiale et un nœud inextricable, sans qu’aucune forme de régulation ne vienne y mettre un terme est également héritière du positionnement idéologique de Friedrich Hayek. Comment croire, dès lors, que cette position soit raisonnable pour critiquer les modèles keynésiens qui ont assuré la prospérité de l’Europe durant les trente glorieuses?

La tentative d’Hayek pour montrer que l’intervention de l’Etat conduit obligatoirement au totalitarisme pouvait avoir, au moment où l’ouvrage est paru, un effet séducteur sur des populations effrayées, à juste titre, par la réalité totalitaire du régime soviétique, mais la comparaison avec la politique proposée par Arnaud Montebourg est hors de propos. Un petit retour vers Keynes s’impose: Tout d’abord, il n’est peut-être pas inutile d’affirmer que keynésianisme ne saurait rimer intégralement avec interventionnisme étatique. En effet, le keynésianisme n’était pas sitôt né que déjà John Hicks, initialement proche de Hayek puis s’étant par la suite rapproché de Keynes, faisait paraître une proposition d’interprétation de celui-ci – intitulée «M. Keynes et les classiques» – base d’un néo-keynésianisme à mi-chemin entre la position libérale classique et la position keynésienne. Ensuite, il peut être également utile de rappeler que les politiques économiques mises en place en France depuis la seconde guerre mondiale ont davantage eu à voir avec la position néo-keynésienne qu’avec le «planisme» dénoncé par Hayek.

« Le capitalisme n’est pas acceptable dans ses conséquences sociales. Il écrase les plus humbles. Il transforme l’homme en un loup pour l’homme. Le collectivisme n’est pas davantage acceptable: il ôte aux gens le goût de se battre; il en fait des moutons. Il faut trouver une troisième voie. » De Gaulle

Et pourtant, on ne saurait reprocher entièrement à Gaspard Koenig sa critique du discours prononcé par le ministre du redressement productif, ni sa volonté de prendre un point de vue libéral pour s’opposer à lui. Le point de vue hayekien était peut-être trop extrême, mais il laisse poindre une volonté de mettre un frein à l’omniprésence de l’Etat dans le discours socialiste. Le socialisme d’Etat à la française a vécu, il est inopérant et sans avenir. Sur ce point, difficile en effet de ne pas s’entendre. Mais pourquoi aller chercher Hayek, le fondateur de la cinquième République n’aurait-il pas été plus profitable? Alain Peyrefitte notait ces propos merveilleusement lucides du Général dans son célèbre C’était De Gaulle : «Le capitalisme n’est pas acceptable dans ses conséquences sociales. Il écrase les plus humbles. Il transforme l’homme en un loup pour l’homme. Le collectivisme n’est pas davantage acceptable: il ôte aux gens le goût de se battre; il en fait des moutons. Il faut trouver une troisième voie.» Si la droite française aujourd’hui entend renouer avec une pensée économique à la fois juste et efficiente, critique d’un socialisme à bout de souffle mais également d’un libéralisme destructeur, c’est peut-être dans cette position équilibrée qui était celle de De Gaulle qu’elle devrait s’inscrire, dans l’esprit du «juste milieu» évoqué par Aristote, «intermédiaire entre l’excès et le défaut». Loin des présupposés du libéralisme et de ceux de l’étatisme, le contrat social de Rousseau mesurait déjà la nécessité à la fois de protéger la personne et les biens des citoyens, et de faire en sorte que chaque citoyen «reste aussi libre qu’auparavant». C’est sur cette base que notre système politique s’est construit, et c’est peut-être également sur cette base que nous devrions nous positionner pour critiquer la conception socialiste contemporaine de l’Etat et du politique et proposer, non pas une suppression quasi-intégrale de l’Etat et du politique, comme Hayek l’entendait, mais une redéfinition du politique et de l’Etat, comme, par exemple, Rousseau l’entendait, et comme De Gaulle l’avait anticipée.

Frédéric Saint Clair