Mirliton ouvert à Mme Nadine Morano

Bernard Reygrobellet, President Club Nouveau Siecle
par Bernard Reygrobellet, Président du Club Nouveau Siècle

Avec consternation on se voile la face
Depuis que vous avez osé parler de race
Et en estampillant “Nadine Morano”
Ce qu’aurait pu signer Arthur de Gobineau.

Etait-ce l’ignorance ou la provocation
Qui a fait naitre en vous l’ignoble locution
Chez Ruquier, dans la nuit de sam’di à dimanche,
“Ainsi La France est un pays de race blanche”.

Pays de Race blanche ??? Ignorante Nadine !!!
Passe encor de parler de race chevaline,
Parlez-nous donc des chiens, des chats, des animaux,
Mais laissez les humains en dehors du tableau !!!

Vous n’avez vraiment pas l’esprit de Célimène,
Car vous sauriez alors ce qu’est la race humaine.
Nous étions pourtant prêt Nadine à vous aimer
Mais même Alceste, ici, vous aurait condamnée.

Rimbaud associait les couleurs aux voyelles :
“A noir, E blanc…” Eh bien ? Les lettres sont plurielles
Chacune se distingue et toutes se rassemblent !
Qui peut parler de race alors qu’on se ressemble ?

En vous croyant élue pour être la rivale
Des thèses soutenues par le Front National
Vous avez absorbé le fiel et le poison
Qui fondent ses idées et fabriquent les cons.

Rappelez-vous Nadine, à l’acte I, scène un,
Ce que Philinte dit de Célimène enfin :
“De qui l’humeur coquette, et l’esprit médisant,
Semblent si fort donner dans les moeurs d’à présent.”.

Bernard Reygrobellet
Paris, 30 septembre 2015