Mme Annick Denéchaud, Chevalier de l’Ordre National du Mérite

Annick DENECHAUDNous avons l’honneur de compter parmi nous, un nouveau chevalier de l’Ordre National du Mérite en la personne de Madame Annick DENÉCHAUD, distinguée à l’occasion de la promotion du 20 novembre 2015 par décret présidentiel, pour l’ensemble de son parcours à la fois professionnel et en tant qu’élue lors de quatre mandats au Conseil Municipal de Pornichet.

Il faut ajouter à cela, sa participation au Centre d’Information sur les Droits des femmes et des Familles (CDIFF) et à l’Union Européenne Féminine (UEF).

Participante aux travaux de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale (IHEDN), Annick DENÉCHAUD, membre de l’Union Nationale des Combattants (UNC) de Pornichet, contribue au devoir de mémoire auprès des élèves des écoles lors des temps périscolaires éducatifs (TPE).

Son activité actuelle est orientée principalement sur la mémoire des évènements qui ont émaillé la guerre de 1914-1918 dans notre commune, en y faisant participer les enseignants et les enfants.

D’autre part, Mme Annick DENÉCHAUD, au cours de ce même temps périscolaire, aide les jeunes élèves à comprendre l’histoire et l’organisation de l’Union Européenne avec le concours des documents fournis par la Maison de l’Europe.

Ces différents enseignements suscitent une grande curiosité par les enfants qui suivent, nombreux, ses interventions.

Xavier Bertrand : “J’ai décidé ne pas être candidat à la primaire” le 14 déc. 2015


On l’a vu grave, en colère, ému, Xavier Bertrand après son élection à la tête de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Ce lundi 14 décembre, il était invité sur le plateau de France 2.

Pourquoi cette émotion ? “Cette campagne que j’ai menée pendant un an, je l’ai prise comme un coup de poing en pleine figure. Et c’est vrai que cela changera à jamais ma manière de faire de la politique. Je vais quitter mes fonctions de député de l’Aisne, de maire de Saint-Quentin et j’ai décidé aussi de ne pas être candidat à la primaire de la droite et du centre. Car je ne me sens pas légitime”, a déclaré Xavier Bertrand.

“La classe politique pense à elle”

Selon lui, la classe politique a failli ces 30 dernières années. “J’en ai fait partie. Aujourd’hui je demande à être jugé sur ce que je vais faire à la tête de cette région en m’y consacrant à 100%”, a déclaré Xavier Bertrand sur le plateau de France 2. Les électeurs nous ont donné une dernière chance, à la dernière élection avant la présidentielle. Il faut faire l’examen de conscience pour tous les candidats. La classe politique pense à elle, mais elle ne pense pas aux gens”, a-t-il conclu.

“L’Histoire retiendra que c’est ici que nous avons stoppé la progression du Front National” Xavier Bertrand, le 13 décembre 2015

Ce soir, ce n’est pas la victoire des partis politiques.

Ce soir, ce n’est même pas ma victoire.

Ce soir, c’est la victoire des gens du Nord, la victoire des hommes et des femmes du Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Je remercie les électeurs d’avoir protégé notre belle Région.

Je remercie ceux qui m’ont fait confiance dès le premier tour, je remercie aussi les électeurs de gauche qui ont voté pour faire rempart ainsi que ceux qui s’étaient abstenus au premier tour et ceux qui ont préféré l’attachement à la région à la colère du premier tour.

Je les remercie tous d’avoir affirmé, dans un grand Rassemblement si conforme à l’esprit et au cœur des gens d’ici, leur attachement à une certaine idée de notre Région, de la France et de la République.
Ici, les Français ont donné une leçon de rassemblement, de courage et d’honneur aux dirigeants politiques.

L’Histoire retiendra que c’est ici que nous avons stoppé la progression du Front National.

Mais le résultat de ce soir nous oblige à rester humble.

Je ne pourrai jamais oublier ce que j’ai vécu pendant cette campagne.

Cela changera à jamais ma façon de faire de la politique.

Mais je n’oublie pas les résultats du 1er tour.

Ils ont claqué comme un coup de tonnerre.
Sans doute comme le dernier coup de tonnerre avant qu’ un jour le Front National n’accède au pouvoir.

Ce soir, nul ne peut dire qu’il a gagné ; nul ne peut se prévaloir de ce résultat.

Car cela fait 30 ans -30 ans !- que l’ensemble de la classe politique, dont je fais partie, explique qu’elle a reçu le message, qu’elle a tout compris, que plus rien ne sera comme avant… Et pourtant, qu’a-t-elle fait ?!?
Alors ce soir, je lance un appel à l’ensemble des dirigeants politiques, au Président de la République, au Gouvernement : mettez en œuvre tout de suite, sans perdre une minute, les véritables réformes qui redresseront notre pays, qui permettront aux Français de vivre mieux, de reprendre confiance et espoir en l’avenir.
C’est notre dernière chance.

Pour ma part, dès demain, je serai au travail pour être digne de la confiance des habitants de notre Région, pour mettre en œuvre le projet qui permettra son redressement.

Ce soir plus encore, je suis fier de notre belle Région.

Vive le Nord-Pas-de-Calais-Picardie !

Vive la République !

Vive la France !

Élections Régionales 2015

ÉLECTIONS RÉGIONALES 2015

Dimanche 13 décembre nous vous invitons tous à voter et faire voter pour nos Compagnons du Club Nouveau Siècle candidats aux régionales et plus particulièrement à :
• Xavier Bertrand tête de liste « Notre région au Travail (Les républicains UDI pour la Région « Nord-Pas de Calais-Picardie » ;
• Philippe Vitel et Julien Aubert respectivement têtes de liste « Ça Va Changer (Les Républicains UDI Modem) » pour les département du Var et du Vaucluse / Région « Provence-Alpes-Côte d’Azur » ;
• Marie-Agnès Poussier-Winsback en 5ème position de la liste « La Normandie conquérante (Les Républicains, UDI, Modem) » pour le département de Seine-Maritime / Région Normandie.

Ils sont tous porteurs d’un projet dans lequel l’inspiration gaulliste est fortement ancrée. Ils ont fait une campagne exemplaire.
Dimanche prochain ils comptent sur vous.
Dimanche prochain nous comptons sur vous.

Bien fidèlement.
NOUVEAU SIÈCLE.

Mirliton ouvert à Mme Nadine Morano

Bernard Reygrobellet, President Club Nouveau Siecle
par Bernard Reygrobellet, Président du Club Nouveau Siècle

Avec consternation on se voile la face
Depuis que vous avez osé parler de race
Et en estampillant “Nadine Morano”
Ce qu’aurait pu signer Arthur de Gobineau.

Etait-ce l’ignorance ou la provocation
Qui a fait naitre en vous l’ignoble locution
Chez Ruquier, dans la nuit de sam’di à dimanche,
“Ainsi La France est un pays de race blanche”.

Pays de Race blanche ??? Ignorante Nadine !!!
Passe encor de parler de race chevaline,
Parlez-nous donc des chiens, des chats, des animaux,
Mais laissez les humains en dehors du tableau !!!

Vous n’avez vraiment pas l’esprit de Célimène,
Car vous sauriez alors ce qu’est la race humaine.
Nous étions pourtant prêt Nadine à vous aimer
Mais même Alceste, ici, vous aurait condamnée.

Rimbaud associait les couleurs aux voyelles :
“A noir, E blanc…” Eh bien ? Les lettres sont plurielles
Chacune se distingue et toutes se rassemblent !
Qui peut parler de race alors qu’on se ressemble ?

En vous croyant élue pour être la rivale
Des thèses soutenues par le Front National
Vous avez absorbé le fiel et le poison
Qui fondent ses idées et fabriquent les cons.

Rappelez-vous Nadine, à l’acte I, scène un,
Ce que Philinte dit de Célimène enfin :
“De qui l’humeur coquette, et l’esprit médisant,
Semblent si fort donner dans les moeurs d’à présent.”.

Bernard Reygrobellet
Paris, 30 septembre 2015

Daesh, le grand bond en arrière

SE Bernard DORIN
Son Excellence Monsieur Bernard DORIN, ancien Ambassadeur de France et Président de la Commission internationale du Club Nouveau Siècle est intervenu lors du Conseil National du Club Nouveau Siècle réuni le 5 février 2015 à Paris sur le thème “Daesh, un grand saut, un grand retour en arrière”.

Vous trouverez dans le compte rendu ci-dessous, les principaux points développés par M. DORIN :
1) La nature de Daesh
2) La situation sur le terrain
3) Le renversement des alliances
4) L’avenir de Daesh

Le compte rendu de ce conseil national du 5 février dernier que vous pouvez télécharger ici.

Conseil National CNS 7 fervrier 2015

Le calendrier des prochains rendez-vous du Club Nouveau Siècle porteront sur :
– La culture de « La fête du printemps», nouvel an chinois» destinée à mettre en évidence l’Amitié Franco-chinoise, déjeuner – débat présidé par Son Excellence, Monsieur Zhai Jun, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Populaire de Chine en République Française, Salon Pourpre du restaurant du Sénat, vendredi 13 février 2015. Organisé par l’Association Nationale des Collaborateurs de Ministres et de Parlementaires (A.N.C.M.P.) ;
– La laïcité qui sera l’objet une conférence prononcée par Monsieur Daniel Keller, Grand Maitre du Grand Orient de France [G.O.D.F.] lors de notre prochain Conseil national le mercredi 20 mai 2015 dans un salon du Sénat avec la participation à ce dîner des membres de l’Association Nationale des Collaborateurs de Ministres et de Parlementaires [A.N.C.M.P.].
– La conférence donnée par Didier Doucet sur «L’Afrique à l’heure de la mondialisation» (Conseil national du samedi 20 juin 2015 à Paris / Montmartre).

Le Président Bernard REYGROBELLET conclut le Conseil national, en remerciant les nombreux participants et en annonçant le thème retenu pour l’Assemblée générale d’octobre qui entendra un exposé sur « L’école de la République ».

Présence du Gaullisme de Gauche

Bernard CahenIl est pittoresque de constater qu’aujourd’hui tous ceux qui ont combattu le Gaullisme viennent s’en revendiquer, ce qui prouve très largement que ceux qui ont défendu les idées gaullistes étaient bien fondés à le faire.

Quant au Gaullisme de gauche, c’est-à-dire le vrai Gaullisme, comme disait René Capitant, il est aujourd’hui curieusement revendiqué par des personnes de tous horizons.

Les survivants de l’UDT ne sont guère nombreux, mais ils existent encore, ne serait-ce que notre ancien Président du Sénat, Christian Poncelet.

Nous regrettons tous le décès de notre ami Philippe Dechartre, mais ceux qui constituent la vieille garde de l’UDT entendent ne pas laisser dire et faire n’importe quoi en son nom.

Comment, en ces moments difficiles, la France dans sa totalité ne peut-elle pas penser à la vision qu’aurait eu le Général de cette France qui est tombée si bas, tant sur le plan économique que social ? Qu’aurait-il pensé d’une politique internationale qui recule, puis avance, sans que l’on ne comprenne l’idée principale qui la guide ?

Tout le monde aujourd’hui veut se réclamer du Général de Gaulle :
. Monsieur Dupont-Aignan, pourtant bien loin dans le cadre de son conservatisme de droite, des idées du Général ;
. Monsieur Fillon qui a certes été très proche du Gaullisme social et qui aujourd’hui, dans ses atermoiements, ne peut se revendiquer d’un homme qui avait une politique à longue vue ;
. Le Président Sarkozy dont on ne peut s’empêcher de constater, quelle que soit la sympathie qu’on lui porte, que, par moments, il considère que le Gaullisme est mort et qu’à d’autres moments, quand cela l’arrange, il se revendique du Général ;

Comment accepter que certains caciques du Parti Socialiste n’hésitent pas à revendiquer l’image du Général alors que leur parti était un adversaire déclaré ?

N’avez-vous pas été stupéfaits par l’appel lancé par Ségolène Royal le 23 juillet 2011 aux voies gaullistes ?

Comment le Général accepterait-il aujourd’hui de constater le nombre de parlementaires qui cherchent à esquiver leurs obligations fiscales ainsi qu’un parti politique se revendiquant en partie de lui qui semble s’être appuyé sur des contrats reposant sur de fausses prestations ?

Comment pourrait-il survivre aux déclarations du sieur Philippot voulant créer un lien entre le Gaullisme et le Front National ?

On aura tout vu : les « collabos » d’hier fusionnant dans le même mouvement avec des jeunes se prétendant héritiers du Gaullisme !

Comment pourrait-il apprécier une partie de la magistrature qui ne pense qu’à faire tomber les hommes politiques, adoptant une conception de la séparation des pouvoirs que Montesquieu n’avait évidemment pas prévue ?

Aurait-il accepté que le pouvoir judiciaire s’oppose au pouvoir du peuple ?

Comment aurait-il réagi devant l’effondrement de notre économie et la fuite de ses jeunes ?

Le Général qui avait prôné une politique de modernisme, d’ouverture de la société, qui avait mis à côté de lui Georges Pompidou à l’origine de la plupart des grandes réalisations de la Vème République, réalisations que l’on veut remettre aujourd’hui en cause, comment aurait-il réagi ?

Quelle ne fut pas par ailleurs la surprise des anciens de l’UDT de constater que le 27 août 2014 un appel était lancé par l’Union Démocratique et Travailliste, caricature de l’Union Démocratique du Travail !

Ses initiateurs, qui ne mentionnent pas leurs noms, sont purement et simplement des usurpateurs. Ils se réclament d’André Malraux, de René Capitant et de Louis Vallon. De quel droit ?

Ils comptaient rassembler de nombreuses adhésions. Nous aimerions savoir combien ils en ont faites ?

Que leur objectif soit sympathique, certes. Que lorsqu’ils veulent refonder une gauche qui entendrait associer la justice sociale avec l’amour de la France et de son peuple, nous ne pouvons évidemment qu’être d’accord, mais pourquoi avoir créé une parodie des partis sans prendre contact avec ceux encore là pour défendre les idées du Gaullisme de gauche ?

Aujourd’hui, je pense que devant l’effondrement de notre pays et de notre société, il y a la place pour un renouveau du Gaullisme. Un appel devrait être lancé par tous ceux qui peuvent réellement s’en revendiquer, même s’ils n’ont pas toujours été proches de nous, pour rassembler les Français, non point évidemment derrière le Général de Gaulle, mais derrière la conception qui était la sienne de la France, la hauteur de vue qu’il avait, l’honnêteté qu’il montrait. Cet appel devrait être initié et passer par-dessus les partis existants.

Il convient de recréer une âme à ce vieux pays, d’appeler les Français à savoir abandonner leurs privilèges quand l’intérêt national est en jeu. La France doit regagner sa place dans le jeu économique des nations.

Oublions les divisions politiciennes ; redonnons un sens à la politique de la France en l’ouvrant sur l’avenir.

Que ceux qui croient réellement en la France et qui ont un pouvoir médiatique, quelle que soit leur place dans la société, lancent cet appel. Les chances d’aboutir existent. J’ai encore de l’espoir …

Bernard CAHEN,
Membre du Conseil de présidence du Club Nouveau Siècle
Ancien Membre de la Délégation Exécutive de l’UDT
Ancien Membre du Comité de l’UNR-UDT
Président d’Honneur de l’UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

Conférence-débat Vendredi 24 octobre à 19 h. à Soissons (Aisne)

Equipe du Nouveau Siecle Picardie

de gauche à droite, les organisateurs de cette rencontre : Alain Cremont, Maire de Soissons, Frédéric Alliot, Maire-adjoint de Saint Quentin et Sophie Letrillard, Conseillère Régionale, Maire-Adjointe de Soissons

Invitation Délégation Club Nouveau Siecle Picardie 24 oct 2014

Invitation Nouveau Siecle Picardie 24 oct 2014